Les neiges du Kilimandjaro : l’avis de Flikflak

« Un » Guédiguian = une recette du Sud, avec des sardines et des grues, la formule : (populaire ^Zola + politique ^Jaurès)*poétique^Hugo

Des scènes qui montrent les existences simples de personnages tourmentés par des évènements simples et néanmoins dérangeants.  La caméra se fait le témoin d’une vie chiche à laquelle on veut croire, certainement plus belle que la réalité.

A travers le drame humain de Pauvres Gens en trois actes, Guédiguian pose des questions fondamentales. Comment transmettre et conserver, contre vents et marées, le bonheur en famille , en société, en couple ? Si l’existence est utilitaire (gratter des haricots, construire une pergola et pique-niquer à la plage),  si la vie et nos idées s’éteignent avec nous, se battre pour qui et pour quoi ? A quoi bon être courageux ? Bien sûr l’histoire est brave. Sous la simplicité, on retrouve la multiplicité des relations qui luttent. Parce qu’il faut lutter, parce que « La lutte, c’est classe ». Embourgeoisés, les révolutionnaires d’hier. Ils testent désormais l’indifférence comme défense. Sous la plage du bonheur, le pavé de la nostalgie et de la colère.

En cette période de Noël, la neige, le froid, tout ça… Les neiges du Kilimandjaro vous feront un chaleureux manteau pour terminer l’année.

Cet article, publié dans Dernières séances, Les neiges du Kilimandjaro, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s