The Thing (le nouveau) : l’avis de claudotator

Étant fan de John Carpenter (« Le Prince des ténèbres doit être le seul film qui me fasse un peu hésiter à me coucher) je ne pouvais pas passer à côté du remake/prequel d’un de ses plus grands flims, qui fut un four à sa sortie (comme la plupart de ses œuvres) à cause d’un extraterrestre à la con qui se fait bouffer le doigt dans des pubs Mikado et qui sortit 2 semaines avant celui ci.

Je parle bien sûr de

THE THING

lui-même remake de The Thing from another world (qui sont tous les deux des adaptations du roman Who goes there mais bon, on est pas là pour causer histoire des adaptations).

Je sais, ce billet est avant tout une critique du remake de cette année, mais je ne peux décemment pas en parler sans évoquer avant son modèle.

POINT IMPORTANT : ce film est un prequel, je vais donc spoiler comme un sale… de toutes façons on sait qu’ils ne s’en sortent pas.

Donc, The Thing (celui de Carpenter) raconte l’histoire d’un groupe en Antarctique qui fait face à un extraterrestre pouvant prendre la forme de n’importe quel être qu’il a absorbé. Cette histoire, sous la main de Carpenter devient un film angoissant, paranoïaque à souhait avec des effets spéciaux qui n’ont pas encore été égalés et une horreur qu’on attend jamais au bon endroit.

Pour sa part, ce remake…et bien…euh…

Point par point:

L’histoire : on prend la même et on recommence. En moins clair. Sincèrement,l e film de Carpenter avait la qualité d’avoir un scénario en béton, qui n’avait pas (a mes souvenirs) d’incohérences et qui ne laissait pas de doute sur comment telle personne avait été contaminée. Ici le réal’ nous sort un scénar’ remplit d’incohérences avec un twist déplorable dès le début, la chose ayant pris la forme (et donc absorbé) d’une personne qui n’a jamais été en contact avec elle. Top crédible… (Vu que c’est le début du film, je suis sûr de ne pas m’être endormi, en plus…)
A la fin c’est pareil : vers la fin du tournage le réal’ (non, je ne le nommerai pas bordel!) a dû se rappeler que The Thing commençait par des norvégiens qui coursaient un chien. C’est pas grave, il a monté ça avec un personnage qu’on avait oublié, et un chien-chose qui attendait tranquillement dans une remise*.
De plus ce préquel se permet de changer l’histoire. Je m’explique : dans le film de 1982 on voit que les norvégiens se sont filmés à balancer des charges  thermiques (deux qui la tiennent…) pour déterrer une soucoupe volante. Soit. Dans le prequel, rien de tout cela, la soucoupe se dégage des glaces d’elle-même** .

…Je reviens, je vais lobotomiser un scénariste.

Pour dire comment les scénaristes se sont plantés, il faut savoir qu’ils ont mis dans le film des clones en carton de Kurt Russel (qui joue aussi un pilote d’hélico!! Je reviens il faut que j’essaye mes rangers sur un scénariste) et de  Keith David. (Mal)heureusement ces deux là n’ont aucun rôle/utilité dans le film, comme presque tous les autres personnages, mais cela sera le prochaine point (hum… une idée de comment l’appeller…)

– Les acteurs (ben non, j’allais pas chercher loin.) jouent des personnages (le sort de la terre dépend d’eux!) dont la profondeur fait rigoler Christophe Lambert. On a le choix entre les interchangeables (tout le monde sauf 3 personnages) le clone de Kurt Russel (c’est son clone, donc il a un rôle un peu plus important), le méchant scientifique qui préfère sa découverte à son cerveau et la survie de tout le monde (il est tellement cliché que la chose gardera son visage lors du passage « boss de fin ») et l’héroïne paléontologue qui répare des lance-flammes, conduit des snowcats, et trouve comment savoir qui est qui (oui, ce sont des formations qu’on peut avoir en paléontologie). Je vais m’arrêter là sinon je vais tacher mon glaive avec du réalisateur

-Petit aparté sur les ficelles scénaristiques : en 1982, les ficelles scénaristiques faites par les réalisateurs sont moins perçues comme telles par le public (du moins c’est mon avis). Ainsi, dans The Thing, lors de la scène du test sanguin (culte) le lance flamme de Kurt (le vrai cette fois ci) ne marche plus alors que la chose veut bouffer tout le monde. C’est un artifice pour ajouter de la tension qui a vieilli pour la génération cynique que nous sommes (« bon, il reste 30 minutes, ils vont pas mourir maintenant ». Bande de p’tits cons va***). Ça n’empêche pas le réalisateur du prequel de le ressortir tel quel, en mauvais élève copiant tout et n’importe quoi. Pareil, filmer un détail en gros plan (ici une boucle d’oreille), ça ne met pas du tout la puce dedans (l’oreille, pas la boucle)…

-la scène du test: Dans l’original, c’est une scène culte. Ici, il ne se passe rien et on se fait chier.

-La chose: Dans le film de Carpenter, la chose a vraiment l’air vivante. Dans celui-ci, c’est une bouillie 3D****.

Bon, je finis ici ma critique, j’ai pas plus de souvenirs et d’avis à vous faire partager.

En résumé, comparé à l’original, c est de la merde en boite, et sans le comparer, ça reste un film plus que passable (oui, mes critiques vont devenir binaires. J’en ai marre j’suis un rebelle!)

* Bon, je râle, je râle, mais ce passage, entrecoupé du générique de fin et agrémenté par la musique qu’Ennio Morricone avait fait pour l’original est le meilleur passage du film, celui qui m’a donné des frissons de plaisir (d’avoir enfin quelque chose de bien à voir), m’a fait rentré dans le film!!
Il dure 45 sec max.

**encore un point faible du scénar’… si on est un alien mangeur de tout à bord d’une soucoupe volante qui marche, on en sort pas pour bouffer de la glace en Antarctique…

*** un jour je ferais un flim où tout le monde meurt 30 min avant la fin!! mouahahaha!!

****Puritanisme oblige, la femme-chose (c’est pas l’héroïne, c’est un interchangeable) n’a pas de poitrine, ce qui est con (voir un monstre lovecraftien avec des attributs sexuels, c’est dérangeant au possible pour ma part…)

A propos claudotator

https://nosvisionsducinema.wordpress.com
Cet article, publié dans The Thing, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour The Thing (le nouveau) : l’avis de claudotator

  1. Rémi Baudat dit :

    Tu peux rajouter dans la liste de merdes qui endorent : Dark star, Assaut, Fog, Christine, Starman, L’antre de la folie et l’immonde Ghosts of Mars

  2. claudotator dit :

    ghost of mars, je « plussoie »; Dark star, il a trop vieilli (comme Halloween, qui fut un énorme succès à sa sortie, mais t’en parle pas); Fog, John C n’était pas content de son film; L’antre de la folie je n’ai pas vu en entier, je suspend mon jugement; Starman…je sais pas trop quoi en dire…il n’a pas de défaut flagrant.

    par contre, Assaut, il est top, et Christine, il est marrant.

    AU fait, je parle du remake de the thing de cette année. pas de celui de 1982 qui est toujours aussi bien

    Baltringue,va. J’espère que tu sors avec une hémiplégique!

    PS: tu te mets au francais litteraire, maintenant??

    PS2: bonne console, mais la dreamcast reste dans mon coeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s