Trou Gris

Le Jury est de retour pour son deuxième Jeff Bridges d’affilé, mais ne fera pas de festival pour Black Swan.

Catégorie « meilleur dialogue »

cinema.jeuxactu.com :le rôle de Rooster Cogburn au génial Jeff Bridges, dont le charisme et la trogne justifient à eux seuls le déplacement en salle.

Mouai… le Jury a beau être fan de Bridges, bin le déplacement en salle pour Tron l’héritage a fait mal au cul quand même.

culture.france2.fr : Adaptation du roman éponyme de Charles Portis datant de 1968, celui-ci avait déjà été filmé en 1970.

« 100 $ pour un Shérif« , c’était en 1969. Vous pouvez supprimer le mot devant France2.

Le Monde : Si l’on revoit le film, ce qu’il mérite amplement.

Hum hum…

Excessif : Matt Damon n’a peut-être jamais été aussi bon que dans ce rôle de ranger texan.

Excessif nous fait comprendre qu’il n’a jamais vu « Good Will Hunting« .

Critikat : ils franchissent ici un cap en réalisant le remake d’un film mineur d’Henry Hathaway, 100 dollars pour un shérif.

Film mineur qui apporta le seul Oscar de John Wayne, à l’inverse de « Rio Bravo » ou « Alamo« , pour ne citer qu’eux.

L’Express : La réussite de True Grit, éponge à double face, doux et grattant à la fois.

L’Express est sponsorisé par Spontex. Et on sait pourquoi.

écranlarge : Si l’on cherche en vain la portée réelle de cette relecture, il est impossible de ne pas en apprécier la fonction hautement divertissante.

écranlarge est d’accord avec Grandsteack. Le Jury est d’accord avec Grandsteack. Le Jury est d’accord avec écranlarge.

Le Figarillo : Mattie Ross a décidé de venger son père assassiné par un misérable vacher.

Salauds d’ouvriers qui n’ont même pas la reconnaissance du ventre.

cinema.fluctuat.net : Mais True Grit […] met enfin les deux pieds dans l’Ouest.

Chuck Norris, lui, met les pieds où il veut.

Le Point : Il en va des westerns comme des whiskys : il y en a de très supérieurs.

Le Point cherche à amadouer le Jury. Cela leur fera cher en Whisky, surtout en très supérieur.

Catégorie « plaisir pas coupable »

Aurélien Ferenczi de Télérama nous avoue ses petits penchants :

Mais j’ai pris un plaisir immense – à deux reprises, je suis un garçon consciencieux.

Aurélien always goes first. And Twice.

Catégorie « le jeu du Jury »

Pour cette édition, on retrouve les Inrocks qui nous parlent d’un moment particulier :

Le désir de ??? finit par tendre vers une absurdité morbide sans surprise, et par se vider de sa substance.

Les Inrocks nous parlent du désir de :

1. Aurélien Ferenczi, qui prend un plaisir immense à deux reprises.

2. Vengeance de Mattie Ross.

Catégorie « je me la pète chez Pivot »

Critikat se la pète grave, à l’inverse de mademoiselle Soso qui elle se la donnait grave :

Une Amérique de cimetières, de violence sans aucun espoir sotériologique.

Sotériologique : Relatif à l’étude du salut de l’âme et de la rédemption. Ce qui donne : « aucun espoir relatif à l’étude du salut de l’âme ». On n’est pas plus avancé…

Catégorie « Prix spécial du Jury »

Geekculture place la barre très haut et nous sort une critique digne des grandes heures de nord-cinéma. Le Jury aurait pu copier/coller l’article entier mais vous offre ses meilleurs passages :

Borgne to be wild

Un jeux de mot, une référence, le Jury aime.

Un je-ne-sais-quoi (en français dans le texte) nous ferait presque dire que True Grit n’est pas leur coup d’essai.

En français dans le texte en français. Bravo.

Pourquoi ne pas revisiter le Charles Potis éponyme, déjà soumis par le prolifique Henry Hathaway en 1969 (Cent Dollars pour un Shérif chez nous… Classe, hein ? Non).

Tu connais pas Sheraf ?

True Grit reste beau comme un pet de poule au petit matin.

La poésie geek, une sous culture trop souvent mésestimée.

Un terrible western à deux vitesses qui fait désormais de Jeff Bridges/Cogburn, l’homme le plus classe du monde. Après George Abitbol, bien entendu.

Une tentative de récupération en fin d’article avec un grand classique. Raté, l’article, c’était du grand n’imp’.

Le Jury retourne à son hibernation et ne sait pas quand il se réveillera.

A propos lejury

Le Jury du festival du grand n'importe quoi sur "On l'a vu, nos avis". nosvisionsducinema.wordpress.com
Cet article, publié dans Le Festival du grand n'importe quoi, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s