Black Swan : l’avis de Grandsteack

black swan darren aronofsky nathalie portman vincent cassel winona ryderDarren Aronofsky, je l’ai découvert avec « Requiem for a dream« , incroyable claque dans la gueule cinématographique. Les jalons étaient posés : une réalisation léchée, l’attachement à ses personnages, des sujets forts (à noter que Aronofsky est le scénariste de tous ses films). « The Wrestler » confirmait ce schéma que l’on retrouve cette année avec bonheur (quand on l’apprécie) dans « Black Swan« .

Très vite, les rumeurs fusent : « j’ai eu un peu peur », « c’est angoissant », « c’est violent » : et ouai, Aronofsky, baby. Le public a sans doute été surpris par le style, trompé qu’il a dû être par le fond (un film dans le milieu de la danse). L’affiche laissait pourtant présager d’une bonne dose de noirceur.

On retrouve donc Nathalie Portman dans le rôle d’une danseuse qui, de corps de ballet, va devenir danseuse étoile. Si certains ont pu penser que le monde de la danse, c’était bisounours and co, Aronofsky va prendre le temps de dépeindre ce milieu à l’exigence extrême afin de mieux y ancrer ses personnages, comme il prendra le temps de nous exposer la relation mère/fille qui, bien que pouvant paraître cliché, constitue la clé de voûte du film et sera traité avec à la fois beaucoup de finesse et de force.

La danse n’est ici qu’un prétexte, un cadre. Ce qui intéresse le réalisateur, c’est le développement de son personnage principal, sa métamorphose, et en ce sens on retrouve une bonne part de « The Wrestler ». Et le ballet choisi, le Lac des cygnes, devient ici la catharsis de Nina, poussé par son metteur en scène et mentor, lui-même double de Aronofsky. Si les métaphores utilisées semblent évidentes, elles forment une toile explicative, cohérente, véritables guides explicatifs de la transformation du rôle de Nathalie Portman.

Cette métamorphose va être admirablement traitée par la mise en scène, qui va développer à l’écran l’imaginaire de Nina, nous faisant comprendre ses troubles, le doute dans lequel elle plonge pour toucher le fond et ainsi mieux se libérer. Mais si on peut souligner la qualité de la mise en scène et de la réalisation, il serait invraisemblable de ne pas évoquer la performance des acteurs.

Ils sont quatre à se partager les rôles principaux, et sont réellement habités par leurs personnages, qui sont, il est vrai, bien écrits. Nathalie Portman, Mila Kunis (qui en fera un à la précédente), Vincent Cassel et Winona Ryder ont, comme le souligne l’article Wikipedia du film, des rôles qui leur correspondent, et en exploitent toutes les subtilités. Nathalie Portman mérite d’ailleurs à mon avis l’Oscar pour lequel elle est en compétition, tant par son travail de préparation (6 mois de cours intensifs pour retrouver ses bases de danseuse et les pousser, ce qui parait-il l’a dégouté de la danse) que d’interprétation, réellement magistrale (just kill the doubleuse).

A noter que Clint Mansell, responsable de la musique sur chaque film de Aronofsky, la joue assez sobre en se contentant d’arranger le thème de Tchaïkovski, mais de belle manière. Bool en parle de façon plus approfondie et pertinente dans sa critique, mais je me devais de le signaler.

A peine reprochera-t-on au réalisateur sa façon trop ostentatoire de se féliciter à la fin du film, imaginant la réaction du spectateur au travers des applaudissements pendant le générique et de Nina murmurant, à bout de souffle : « c’était parfait ». Mais il n’est pas loin d’avoir raison.

A propos grandsteack

Critique amateur sur "On l'a vu, nos avis". Si vous voulez des avis sur les films qui sortent : nosvisionsducinema.wordpress.com
Cet article, publié dans 09/02/11 : Black Swan, 1er Trimestre 2011, La Cinémathèque, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Black Swan : l’avis de Grandsteack

  1. lilu dit :

    En même temps s’attendre de N. Portman qu’elle joue dans un film Barbie, c’est pas trop le genre de l’actrice!!😉

    Je ne l’ai que peu reconnue dans ce rôle dans la transformation, la concentration, le dépassement d’elle (en tant que Nina) est forte.

  2. Ping : Sucker Punch : l’avis de Grandsteack | On l'a vu, nos avis

  3. Ping : Tops 3 by Grandsteack | On l'a vu, nos avis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s