Au-delà: l’avis de B0.oL

au-delà, hereafter, matt damon, cecile de france, clint eastwood, film, avisÔ rage! Ô désespoir! Mais qu’as tu donc fait, ô grand Clint Eastwood?

Bon d’accord j’en fais un peu trop, mais quand même: quelle claque de la part de Clint! En plus d’être surprenante, elle fait mal au petit cinéphile sensible (ayant un temple en l’honneur de M. Eastwood devant lequel il se prosterne chaque matin afin d’affronter sa longue journée) que je suis. J’ai eu beau tourner et retourner le film dans tous les sens pour voir le génie auquel nous avait habitué Clint en tant que réalisateur (et acteur souvent, aussi) mais je ressors bredouille après deux semaines d’hésitations. Je me suis donc résigné à critiquer un film de Clint. Il n’a pas toujours été parfait c’est vrai mais dans sa multitude de réalisations on trouve des perles du ciné (et dans des genres très différents qui plus est). Jusqu’à présent il était toujours resté les pieds sur terre et il n’avait presque jamais côtoyé le genre fantastique avant Au-Delà. Et c’est là que les problèmes commencent…

En plus, Clint choisit le thème de la mort mais vu d’un côté très… dangereux. Alors qu’il avait déjà excellé en montrant la mort sous différentes facettes (toutes très réalistes et prenant le spectateur par les émotions avec finesse mais force comme dans Mystic River ou Million Dollar Baby pour ne citer qu’eux), il s’aventure en terrain miné quand il commence à parler de visions de l’au-delà. Pour les plus sceptiques, le film sera une véritable mascarade: parler aux morts? Oui et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu. Difficile de voir où veut en venir Clint surtout avec un scénario si peu intéressant. Cette histoire, découpée en trois parties (ce n’est pas sans rappeler Babel de Inarritu ou d’autres films-puzzles) n’a aucun réel intérêt car aucune vraie finalité…

En tout cas pas la partie de notre chère Cécile de France (bon je vais essayer de pas trop me déchaîner sur elle mais bon…)! Elle a le droit à tout un pan du film purement inutile à part pour la fameuse scène d’introduction: expédions ça tout de suite, le tsunami est époustouflant puisque c’est un peu comme si le JT de TF1 avait pu filmer les évènements de 2004 au Sri Lanka; nos instincts de voyeurs sont comblés! Mais après c’est le calme plat: la journaliste française semi-bobo tente de passer l’éponge sur la catastrophe en écrivant un bouquin qui la fera passer pour une illuminée alors qu’elle aurait dû reprendre sa place pépère dans l’émission dirigée par son copain. Et tout ça en français s’il vous plaît, sponsorisé par France Télévisions, joué par la crème des acteurs français… ah bah non en fait, Cécile de France n’a aucun charisme: bon c’est sûr qu’être actrice pour Clint après Hilary Swank et Angelina Jolie (oui, j’ai aimé L’échange) c’est difficile mais quand même, après on va croire que Plus belle la vie c’est ce que les français savent faire de mieux. Sans compter que tous les dialogues en français sont d’une platitude….

Heureusement, les deux autres tiers sont moins chiants (oui, j’ose). Quoique… Du coup ces deux tiers restants pâtissent de la cassure de rythme et de la piètre qualité du tiers dont je viens de parler (et pourtant ce schéma narratif en triptyque avait déjà porté ses fruits ailleurs). M’enfin. On se retrouve avec un tiers très mélodramatique sur deux jumeaux dont la mère est une junkie alcoolique, pour le coup Clint met les pieds dans le plat pour vous tirer une larme (ou pas vu que c’est un peu trop grossier, mais quand même il s’y prend mieux que beaucoup d’autres réals). Mitigé sur cette partie-ci du film même si la rencontre finale liant les trois tiers (le compte est bon, c’est ça la puissance intellectuelle…et oui j’aime bien le mot tiers, ça me rappelle l’époque où les maths, c’était facile) permet de sauver plus ou moins ce tiers sur les jumeaux… mais aussi d’enfoncer plus bas que terre le tiers français et d’entamer la qualité du dernier tiers qui me semble le plus réussi (même si on reste en deçà de ce que nous a déjà livré Clint).

Troisième tiers (ils ne se suivent pas dans l’ordre chronologique mais j’ai choisi de les critiquer un par un vu qu’ils sont très inégaux). Celui avec Matt Damon! Enfin quelqu’un qui sait jouer. Faut-il encore qu’il ait de la matière pour jouer. Le personnage de Matt Damon c’est un peu l’évolution de celui de Cécile de France. Il a arrêté d’être stupide et de crier partout qu’il était « voyant » (chose dont il avait fait commerce à l’aide de son frère: escroc!).  Aujourd’hui, il est plus que partagé à propos de son pouvoir: doit-il servir la plèbe et sa volonté d’enfin connaître l’autre monde ou bien doit-il arrêter de faire son Charon, laisser le cours du Styx tranquille et prendre des cours de cuisine italienne au son de Nessun Dorma? On se croirait presque dans un film de super-héros, avec tous les dilemmes classiques du héros, sauf qu’ici point de pouvoirs époustouflants, juste un serrage de mains. La bonne vieille thématique du « de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités » est présente mais exploitée sous un jour nouveau puisque justement Au-delà n’est pas un film de super-héros et donc n’est pas filmé comme tel. Cependant, comme je l’ai dit précédemment, ce tiers a été amputé et donc Clint a besoin de faire des raccourcis et donc les relations entre personnages sont quelques fois négligées. Ce qui ne fait que nous rendre plus sceptiques vis à vis de ce pouvoir au lieu de nous plonger dans le conte. Et pourtant Clint fait l’effort d’écarter toute forme de charlatanisme en démasquant ses partisans pendant une scène plutôt comique. Mais cela ne suffit pas. Et cela suffit encore moins à nous faire comprendre la fin ou comment une telle scène a pu se retrouver dans un film de Clint! Il a dû perdre un pari, c’est sûr.

Ce dernier Eastwood est donc une grosse déception, et ce n’est pas sans rappeler celle du dernier Woody Allen. A vouloir faire des films tous les ans, les vieux de la vieille ont l’air de s’emmêler les pinceaux et d’oublier ce qui fait un bon film. Même si Clint s’était un peu reposé sur ses lauriers avec Invictus (qui nous avait montré une fois de plus les talents de Morgan Freeman), là, il s’aventure carrément sur un terrain glissant à savoir le genre fantastique et en particulier le sujet tabou de l’au-delà. Cela a pour effet de faire s’en vautrer quelques un(e)s. Notons quand même que c’est plus ou moins le seul film à présenter ainsi le tsunami de 2004 et les attentats du métro de Londres (et ce n’est pas un film d’action). Je l’oublie donc très vite et attends avec impatience Hoover. Au passage je décerne ma palme de la meilleure critique à nos amis des Cahiers du cinéma pour qui: « Au-delà est le mélodrame le plus abouti d’Eastwood« : ça aurait mérité d’être mentionné dans le festival du n’importe quoi.

Cet article, publié dans 19/01/11 : Au-delà, 1er Trimestre 2011, La Cinémathèque, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Au-delà: l’avis de B0.oL

  1. fandecine dit :

    Comme je le disais sur l’autre article… A part Gran Torino, les autres films de Clint (Invictus et Au-delà) sont regardable, mais sans plus…
    Le début du film est… Epoustouflant (Tsunami) mais ensuite c’est longueur, monotone, ennuuiiiee… Et la fin… C’est ne rien n’y comprendre…

    Vraimet déçu par ce film😡

    • B00L dit :

      Euh, heureusement que « les autres films de Clint » ne se cantonnent pas à Au-delà et Invictus…. Il en a fait bien d’autres, souvent excellents! Quant à Invictus regardable, je pense que c’est un peu dur de le qualifier ainsi: il ne fait pas partie des meilleurs. Clint a fait la feignasse mais en laissant la part belle aux acteurs, on a le droit d’admirer le trvail de Matt Damon et surtout de Morgan Freeman qui a presque autant de charisme que Nelson Mandela. Et vu que pour l’instant il ya eu très de films sur ce grand homme, j’ai plutôt apprécié Invictus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s