Women are Heroes – Faites le mur : l’avis de Pauleene

affiche women are heroes JR photo film critique avis« Women are heroes » est l’un des plus beaux films, esthétiquement parlant, qu’il m’ait été donné de voir. Malheureusement ça s’arrête là. Derrière des motifs susceptibles de faire pleurer dans les chaumières, JR, artiste hyper côté et hyper connu d’à peine 27 ans (oui oui y’a de quoi être degouté) nous sert son oeuvre sur un plateau.

Les premiers instants, on se voit obligé de succomber à la beauté de la chose, des prises de vue superbes, agrémentées d’un montage rondement mené, bien que sportif (épileptiques prenez garde à vous). Le titre, « Women are heroes », nous ayant laissé penser qu’il serait question de femme, on attend. Malgré le parti-pris par JR de ne pas nous présenter un making-off des installations artistiques qu’il a pu réaliser dans le monde entier, on ne peut s’empêcher, à la vue de vingt prises différentes pour chaque oeuvre, de déceler comme une envie de se mettre en scène.

S’il n’y a rien de mal à ça, on regrette le peu d’intérêt accordé à ces femmes auxquelles JR a décidé de donner la parole. Ces femmes qui ont prêté leurs yeux et leur visage à l’artiste, ces yeux et ces visages qui finiront en imprimé géant, sur des bâches disposées sur des toits dans un bidonville de Nairobi, sur des posters collés en masse sur les murs des favelas de Rio de Janeiro, et dans de nombreux autres endroits. Ces femmes apparaissent comme un prétexte au film, film qui concurrencerait presque le roi des Bisounours, ou même les lauréates Miss France au niveau de la naïveté. Le parti pris de ne pas montrer que la misère des Hommes est respectable, mais de là à nous faire croire, à coup de séquences épurées, de gros plans sourires, et d’une coloration étonnamment flashy, que tout est en train de changer, en mieux, et que bientôt, il y aura la paix sur terre, plus personne ne mourra de faim et patati et patata… là on se dit qu’il a abusé de quelque chose le JR…

Un film à voir pour découvrir l’oeuvre de JR qui est magnifique et déjà conséquente, mais certainement pas pour apprendre quoi que ce soit à propos du combat mené par les femmes de part le monde, en termes de justice sociale et d’égalité.

FAITES LE MUR affiche banksy critique avis film street artEgalement prodige du Street Art, Banksy nous offre, avec « Faites le Mur », un documentaire étonnant sur le milieu artistique underground, sur fond de fable absurde. C’est en fait un film sur un mec qui a voulu faire un film sur Banksy, et qui, en le copiant plus ou moins, s’est improvisé artiste. Ce mec, un Français (qui est complètement débile, l’image de la France est bien assurée), il est impossible de savoir s’il existe, ou pas, si ça s’est passé comme ça, ou si Banksy a monté un scénar de toute pièce. Mais au fond, ce n’est pas important.

S’ils n’ont rien à voir sur la forme, les films de JR et de Banksy tentent de rendre sa visibilité à un art par trop méconnu, puisque éphémère. Ce qu’on appelle communément Street Art peut prendre des formes très variées. Que ce soit le graph, la technique du pochoir, celle du collage, ou encore les « installations », tout est bon, aux yeux de ces artistes, pour se réapproprier l’espace urbain.

Des figures comme Obey, Space Invader et Banksy, sont pour la première fois filmées en pleine action, et rien que ça, ça vaut le détour. Banksy aurait pu s’en tenir aux coulisses du Street Art. Mais le réalisateur a voulu impulser un questionnement chez le spectateur. Questionnement sans doute suggéré par sa propre expérience d’artiste underground passé vedette sur le marché de l’Art. Devant l’ascension d’un mec improvisé artiste contemporain, on en vient à se demander quelles sont les frontières de l’Art, s’il y en a, et s’il est possible d’échapper aux dérives inhérentes à la célébrité circonstanciée. Finalement, est-ce qu’une crotte sur un plateau peut être de l’Art contemporain ? Si on réussit à nous le vendre comme tel, et à faire un buzz autour, et bien oui. En tant que spectateur, on a vaguement l’impression d’être pris pour un-e con-ne. Mais ça passe.

Banksy a le mérite, contrairement à JR, de conserver un certain recul sur son travail et sur son oeuvre, et on voit que la situation le dépasse parfois.

On découvre (ou on le savait déjà) que le questionnement politique n’est jamais très loin de ces démarches artistiques non conventionnelles, et qu’il ne s’agit pas que de gamins qui enfreignent (parfois) la loi pour se procurer des shoots d’adrénaline et défier l’autorité. La société de consommation, l’absurdité du marché de l’Art, l’influence des médias, sont autant de dérives qui sont critiquées par ces artistes. Ce qui n’empêche pas Banksy d’être l’un des artistes les plus côtés au monde en ce moment, ses oeuvres se vendant parfois plus d’un demi-million de dollars. Et oui, à force d’oeuvrer pour la reconnaissance de l’underground, on finit par être avalé par la société de laquelle on pensait s’être détaché. Et à gagner plein de pognon. Qui n’en profiterait pas ? (question purement rhétorique n’appelant pas de réponse).

A propos pauleene

Pas vraiment fan de cinoche, j'apprécie les films qui me font tout oublier. Comme je suis dans la vie active, malheureusement, je n'ai pas beaucoup de temps, et je déteste le perdre à aller voir des films tout pourris. Je ne suis donc pas vraiment ouverte, et en plus de ça, comble du malheur, j'ai quelques principes et valeurs (pacifiste, féministe...), et j'aime aller voir des films qui leur font écho, et qui me font réfléchir. Par contre, je peux louer (parfois, quand je suis au fond du trou) des DVD avec Jennifer Aniston. C'est juste pas pareil;)
Cet article, publié dans 1er Trimestre 2011, La Cinémathèque, Women are heros - Faites le mur !, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Women are Heroes – Faites le mur : l’avis de Pauleene

  1. Rémi dit :

    La photographie est un art … et le cinéma aussi.
    Quand on excelle dans l’un, on n’est pas obligé de pourrir l’autre.
    Ce film si on peut l’appeler de cette manière est une véritable arnaque.
    Et finalement on s’aperçoit à quel point cet « artiste » est « engagé ».
    Il se fou de l’histoire de ces femmes qui passe au 10e plan. On est juste face à une très longue réclame sur son expo. Moi je moi je moi je sur fond de misère. C’est gerbant.

  2. L'écrevisse dit :

    Oui, ce Mr Brainwash existe réellement. Pour notre plus grande fierté.

  3. L'écrevisse dit :

    Bien hâte de voir ce qu’il peindra pour l’occurence : http://www.cinemovies.fr/news_fiche.php?IDtitreactu=12594

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s