Harry Potter 7.1 : l’avis de B00L

affiche harry potter 7 les reliques de la mortJe me permet d’appeler ce septième opus (pocus) Harry Potter 7.1 et même HP7.1 (non je ne parle pas de d’un système home-cinéma avec 7 haut-parleurs et un caisson de basses) bien que son nom intégral soit Harry Potter et les reliques de la mort – Partie 1. Les fans pourront ainsi se délecter en comprenant tout de suite ces initiales comme il est coutume de les utiliser sur les forums (ah! la bonne époque de SW et autres ROTS, sans parler de LOTR (derrière ces lettres se cachent de grands films, saurez-vous les retrouver?)). Oui car il faut tout de suite aborder le sujet du fanaschisme…. (oups)

Grand lecteur de HP (enfin grand, tout est relatif, il me semble, le steack étant fin et longiligne dans certaines régions), je connais assez bien les bouquins pour constater les perversions de l’adaptation cinématographique. Si vous n’êtes pas à jour au niveau de l’histoire, je ne vous conseille pas d’aller voir ce HP7.1 puisqu’on est de suite plongé dans l’action. Le spectateur potentiel est celui qui connaît (au moins un peu) ce qui s’est passé jusqu’à présent (et donc je ne vous ferez pas de résumé ni d’avant ni de pendant, puisque soit vous avez déjà lu les livres soit si vous appréciez HP je vous conseille de lire le livre d’abord; si vous souhaitez quand même un résumé c’est par ). Par contre si vous avez été déçu par les films précédents, vous pouvez quand même aller voir celui-ci (qui n’est pas le plus mauvais donc). Passons aux choses sérieuses.

Enfin, sérieuses… Il faut savoir que si les bouquins gagnaient en noirceur de tome en tome (avec une nette fracture à la fin du 4), les films continuent d’osciller entre conte de fées/look gothique/style vampire twilightéen (le changement s’est d’abord opéré avec Le prisonnier d’Azkaban très libre au niveau graphique, puis on a eu droit à Mister Vampire 1er (Pattinson) dans La coupe de Feu). Apparemment les producteurs ont voulu garder des films accessibles à tous alors que les livres semblaient augurer le contraire… Enfin bref, le choix étant fait, on a droit à tous les travers causés par cette ambivalence. Par exemple, même si le conte des trois frères est très réussi avec son petit film d’animation, il renforce le côté film pour enfants. On aura bien sûr le droit à de la musique ultra-lourdingue (need John Williams pour le coup, qui a quitté le navire dès le second volet) à chaque scène « émotion » qui nécessite un travail d’autant plus minutieux pour paraître crédible… Mais non, vas-y que je te balance la musique avant, pendant, après et que je détruise tout l’effet de la scène; la scène de la danse reste assez touchante malgré tout. Je noterais bien aussi le coup du décor en papier maché chez Lucius Malefoy. Et puis je ne m’appesantirais pas sur le doublage français qui est toujours aussi mauvais (oui j’ai été contraint d’aller le voir en VF beurk).

Pfiou, on va regarder les choses positives maintenant. Oui car il y en a. Bien que la mièvrerie soit toujours présente, la noirceur du livre réhausse un peu le niveau. Le film est sûrement un des plus proche du livre (le choix de découper le septième tome en deux parties semble donc judicieux), des coupes sont présentes, certes, mais l’intégrité du livre est gardée et le rythme est conservé ce qui fait passer les 2h25 plutôt bien (à part les ralentissements dûs aux scènes sus-nommées). La solitude des personnages et leurs dilemmes respectifs sont aussi retranscrits de manière cohérente. Les paysages ne sont pas en reste vu que c’est un volet où les trois héros voyagent pas mal. Les acteurs sont arrivés à maturité et de ce côté-là, je n’ai pas grand chose à redire.

En définitive, c’est bien un film Harry Potter qu’on a devant nous, fait pour toucher le public le plus large et donc se laissant pervertir par les influences néfastes de la culture de masse (beeh), c’est le cadeau de Noël de Warner-Bros donc forcément un bon gros film hollywoodien. Cependant je trouve que les HP au ciné se bonifient avec l’âge, peut-être aura-t-on droit à un excellent 7.2, qui sait?

Cet article, publié dans 4e Trimestre 2010, Harry Potter et les reliques de la mort (Première partie), La Cinémathèque, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Harry Potter 7.1 : l’avis de B00L

  1. agliam dit :

    En version française.. sérieusement?? Je te plains!

  2. agliam dit :

    PS: j’adore le lien vers « Voyage voyage »😀

  3. B00L dit :

    Erf oui la Vf pourrit tout surtout dans des films comme HP où les voix d’ados sont déjà pas géniales….
    Dans un élan d’autocensure (oui je me suis trouvé un peu dur pour un HP), je me suis refait les 4,5,6 (bon les 1,2,3 je les avait revu y’a pas trop longtemps) et bon le 4 je le trouve toujours aussi pourri (le pire sûrement) et le 5 je l’ai beaucoup plus apprécié que la première fois (où j’attendais plus et plus proche du bouquin mais en fait ce non-respect donne pas mal de rythme donc c’est peut-être mon préféré). Au coude à coude, le 6 est très bon aussi par contre j’aime toujours pas Slughorn et la fin (trop longue et trop de pathos). Je placerais ces deux derniers un peu devant le 7.1 donc, car j’ai vraiment pas apprécié ces longs passages mièvres mais le reste était plus que potable…
    Voilà donc pour la petite critique a posteriori, j’étais pas assez dans le trip HP pour le visionnage du 7.1 je pense.

  4. cracoucas dit :

    Ouais enfin, les bouquins gagnaient peut-être en noirceur, si on veut hein..
    C’était pas non plus Bukowski ou Selby Jr.
    Logiquement les adaptations ciné n’allaient pas verser dans le nihilisme ou le trash.

    Ce dernier opus est de très bonne tenue, plutôt que de la noirceur, il s’agit de mélancolie. Il y a quand même 25 minutes où c’est carrément « Stalker » de Tarkovski (j’exagère à peine), ce qui est assez inattendu.

    • B00L dit :

      Oui, bien sûr la noirceur des bouquins est relative, ça reste du Harry Potter mais toujours est-il que la menace et les problèmes se font de plus en plus pesants dans les livres.
      Je trouve par contre le terme de mélancolie très approprié au sentiment qui se dégage du film. Le début des Reliques de la mort est très lent pour appuyer clairement sur ce point, la mélancolie de nos héros et leur solitude face à ce qui les attends surtout maintenant que leur guide a disparu.
      Cette solitude est présente depuis quelques tomes déjà avec Harry de qui on attend beaucoup mais il était soutenu à ce moment là. Le 7 c’est aussi la perte de la tutelle, le début de l’indépendance mais cela s’accompagne par une perte de repères…
      Les paysages beaux mais vides et sans vie aident pas mal à l’établissement de cette ambiance, mais je crois pas qu’on atteint déjà du Tarkovski^^

  5. cracoucas dit :

    Bien sûr, j’exagère avec Tarkovski. Mais les séquences où on les voit errer, seuls au onde presque, en se cherchant un but plus que pour l’atteindre, en se demandant à quoi rime leur errance, avec ce sentiment d’un monde disparu (celui des premiers tômes et des premiers films, de la naïveté, de la jeunesse), ça m’a fait penser à Stalker. Evidemment, on est à des années lumières de Stalker, mais c’est ce qui m’est venu à l’esprit en regardant ce film, ce à quoi je ne m’attendais pas.

  6. agliam dit :

    Tout à fait d’accord avec la mélancolie. C’est ce que j’ai beaucoup aimé dans le film. Apres Bool je trouve aussi que les 5 et 6 sont les meilleurs, le 4 étant un peu raté. Peu d’action dans ce 7.1 mais je pense qu’ils vont largement compenser par le 7.2 !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s