Outrage: l’avis de Bool

Contre-plongée avec un gun et une sale gueule, de quoi attirer le clientLe nouveau Kitano, je l’attendais celui-là. Ayant découvert ce maître il y a à peu près deux ans, c’était donc le premier de ses films que je voyais au ciné… Pour ceux qui ne le connaissent pas, il a réalisé entre autres Aniki, mon frère , Zatoïchi et Hana-Bi (dans lesquels il est acteur sous le nom de Beat Takeshi). Il a aussi joué dans d’autres films comme Furyo ou encore les deux Battle Royale (enfin je ne devrais citer que le premier car le second est une belle bouse). Ses films sont marqués par une extrême violence (crue et soudaine), violence contrebalancée par une très grande poésie (on se rapproche du cinéma classique japonais, très contemplatif). Peintre (on voit ses oeuvres dans Hana-Bi notamment), fasciné par la mort, Kitano est donc adepte de la violence « stylisée » d’où le rapprochement que je ferais avec Tarantino. On retrouve cette volonté de violence montrée gratuitement mais toujours présentée dans un bel écrin (on est loin de Saw et consorts avec du gore et rien à côté). Il aime bien interpréter des rôles violents (oh ça commence à faire pas mal d’occurence de mots dérivés de « violence » me direz-vous, je vous répondrais que ce n’est pas fini), flic musclé, yakuzas, gardien de prison tortionnaire ou encore guerrier légendaire… Et bien il revient avec Outrage à ses classiques et aux yakuzas (Violent Cop son premier film traitait déjà du milieu).

Cette grosse tartine sur Kitano va servir à expliquer pourquoi le scénar peut sembler très léger. Oui car niveau scénario on n’a pas grand chose à se mettre sous la dent. La situation au début du film est la même qu’à la fin (avec quelques mouvements au sein de la hiérarchie yakuza mais rien de bouleversant). On retrouve un schéma un peu scorsésien (Casino et Les Affranchis), Kitano s’occupe de petites frappes, de leur ascension puis de leur décadence quoiqu’ici justement, les mafieux sont de vraies têtes de noeuds et crèvent avant d’avoir atteint le Saint-Graal. C’est donc moins american dream que chez Scorsese, on s’attache beaucoup moins aux personnages, moins charismatiques (bon Kitano reste maître à bord avec ce cynisme qu’on lui connait), reste le côté loser, violent, traître, grossier de la mafia. Tout ce qu’on aime, donc. Je vous fait grâce du scénario détaillé surtout que vous vous mélangeriez sûrement les pinceaux (et moi aussi au passage) avec tous les noms de persos et clans en japonais.

Le film n’est en fait qu’un jeu pour Kitano qui nous fait rire de la connerie des sous-fifres (on retrouve pas mal de têtes connues du cinéma japonais mais j’aurais beaucoup de mal à vous citer des noms « parlants »), des insultes omniprésentes dans sa bouche (« Ta gueule, connard! » c’est sûrement 50% de son texte), des situations dégueulasses tournées en dérision (coupage de doigts et passage forcé chez le dentiste)… Le montage est aussi beaucoup plus rapide que ces précédents films (même si on garde dans une certaine mesure l’alternance calme/violence), la séquence de présentation du titre est très originale (musique et mouvement de caméra totalement hors de l’ambiance du film). Tout ceci me fait donc penser à une grosse farce de la part de Kitano, se moquant du film de yakuza (peut-être son film Grindhouse à lui même s’il garde un certain sérieux).

Je dirais donc que cet Outrage (qui porte bien son nom) est avant tout jubilatoire pour qui aime ce style décalé très tarantinesque où la violence surgit au milieu de dialogues et situations surréalistes. D’un autre côté, on perd beaucoup la poésie qui émergeait des Kitano (enfin la plupart) et donc je le considèrerais comme moyen au vu du reste de son oeuvre. Cela dit, c’est un très bon film pour commencer l’initiation ou bien continuer son expérience avec un des grands réalisateurs asiatiques du moment.

Cet article, publié dans 4e Trimestre 2010, La Cinémathèque, Outrage, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Outrage: l’avis de Bool

  1. grandsteack dit :

    On peut noter que au bout d’une semaine d’exploitation, vous êtes à peine plus de 19.000 à être aller le voir. Tu fais partie d’une élite, bravo ^^.

  2. B00L dit :

    Dans ce cas-là, je ne pourrais que vous conseiller de me rejoindre dans l’élite :p

  3. Ping : Detective Dee : l’avis de Grandsteack | On l'a vu, nos avis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s