Potiche: l’avis de Bool

affiche potiche françois ozon, catherine deneuve, fabrice lucchini, gérard depardieu, judith godrèche, karine viardLe film commence avec Catherine Deneuve en train de faire du jogging… ah on me dit dans l’oreillette que c’est trop pourri de faire une critique sur Potiche qui commence en parlant de cette scène, pourtant y’en a plein qui sont tombés dans le panneau apparemment!

C’est vrai que comme entrée en matière Ozon aurait pu faire quelque chose de plus fin (désolé Catherine), et bien non, sautons dans le plat tout de suite, faisons comprendre au spectateur que ça va être du gros cliché bien gras (mea culpa encore).
Outre le fait qu’on est en présence d’un film français: donc forcément mauvais (mais non, je rigole, enfin pas trop), les ex-grands acteurs (Gérard&Gérard (oui, ils doivent au moins être deux dans sa chemise) et Catherine Deneuve) ont perdu un peu leur pêche d’antan et ils jouent comme des acteurs français: ils se croient sur les planches de la Comédie Française, en tout cas on sait que le film vient d’une pièce de théâtre. Mais passons encore ces détails…

J’avoue, j’ai ri. Toutes ces blagues stupides, ces clichés énormes, ces couleurs pétantes, ont suffi à me distraire. Le scénar est simplet mais original, l’affiche proposant un Qui-est-qui? résume assez bien la situation, chaque personnage essaie au cours du film de changer de statut ou de le conserver. Pas mal de petits rebondissements donc, des personnages à la fois creux (mais c’est voulu) et incarnant chacun un problème de la société de l’époque (1977, certains connaissant cette année pour un évènement cinématographique tout autre) qui pour la plupart persistent aujourd’hui: politique, lutte sociale, place de la femme dans la société/entreprise/famille… Les courants de pensée s’affrontent joyeusement et c’est l’occasion de nous offrir des débats avec des répliques cinglantes qu’on ne pourrait espérer dans un vrai débat (quoique, Ozon fait référence directement à Sarkozy à travers le personnage de Luchini). Tout au long du film, certains clichés s’estompent pour laisser la place à d’autres, notamment avec Catherine Deneuve, pour finir avec une scène surréaliste où cette dernière chante au milieu de ses partisans (un clin d’oeil à ce qui aurait pû se passer en 2007?).

Le film est au final intéressant par quelques côtés mais les clichés omniprésents et la performance des acteurs, un peu en sous-régime (je note quand même la tirade de Karin Viard: « Tu seras secrétaire, ma fille », très réussie même si là encore on sent les influences du théâtre) tendent à rendre le film oubliable et sans intérêt particulier, puisque même avec un panel de discussion abordé assez vaste, Ozon ne construit aucune vraie argumentation, il se contente de tirer dans le tas, ce qui est comique mais sans plus.

Cet article, publié dans 4e Trimestre 2010, La Cinémathèque, Potiche, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Potiche: l’avis de Bool

  1. lejury dit :

    Heureusement que le Jury avait son oreillette. Un point Lucas pour avoir réussi à placer une référence Star Wars sur une critique de Potiche. Bravo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s