Potiche: l’avis de Grandsteack

affiche potiche françois ozon, catherine deneuve, fabrice lucchini, gérard depardieu, judith godrèche, karine viardPotiche, ça a commencé y’a quelques semaines, par un placardage massif des affiches dans Paris. Reprenant le petit jeu « Qui est qui?« , il nous laissait essayer de deviner quelle tête d’affiche (sacré casting d’ailleurs) avait quel rôle (si vous n’avez pas trouvé, observez l’écriture sur les post-it). Ajoutez à cela des couleurs criardes et vous avez une affiche qui marque.

Une affiche et un casting prometteurs donc, un réalisateur plutôt coté (François Ozon, qui retrouve Catherine Deneuve 8 ans après 8 femmes), un scénario librement adapté d’une pièce de théâtre, bref : pas mal de gages de sécurité quant au niveau de cette comédie. Et force va être de constater que le résultat est assez bon.

Commençons par les acteurs. Ozon a cet avantage de disposer de stars à chacun de ses films, ce qui doit singulièrement lui faciliter la tâche en ce qui concerne leur jeu (leur caractère c’est moins sûr). Ils sont tous ici très bons, collant aux stéréotypes de leurs rôles tout en leurs apportant une certaine finesse, une nuance certaine. On notera cependant la très forte influence de la pièce d’origine, leur donnant un ton et une attitude théâtrale fortement appuyés.

Ozon, qui nous a déjà habitué à ce genre (le théâtre cinématographique), en profite et se fait plaisir à filmer et mettre en scène des répliques taillées pour les planches. La réalisation de ce film fait par exemple écho, dans les productions récentes, au Bruit des glaçons de Blier. Mais si pour ce dernier, cet effet permettait de prendre de la distance avec un sujet parfois angoissant, ici elle risque parfois de sortir le spectateur du film.

Surtout que l’histoire est certes divertissante, mais ne parlera pas forcément à tout le monde. L’action se déroulant à la fin des années 70, l’époque peut elle aussi marquer une distance avec les plus jeunes spectateurs. Ce qui serait dommage, car les sujets abordés restent, eux, d’actualité. L’actualité la plus chaude en ce qui concerne les grèves, une actualité à peine plus vieille en ce qui concerne la place des femmes dans la société, et place également deux clins d’oeil à Sarkozy permettant un savoureux anachronisme.

Une comédie qui aborde donc des sujets aussi complexes que la politique et l’émancipation des femmes et qui fera rire (ou pleurer selon les points de vues)  grâce à son regard sur une époque pas si lointaine pendant laquelle les opinions étaient souvent tranchés, revendiqués et pas toujours assumés.

Au final, cette comédie s’appuie sur la satire sociale et le vaudeville, soient les deux piliers de l’humour à la française, avec plus ou moins de légèreté selon les thèmes abordés, le tout porté par des acteurs qui font le job bien plus qu’honnêtement : un film qui fera rire ceux qui ont assez de recul par rapport aux sujets traités, qui intéressera ceux qui cherchent à comprendre les évolutions de la société française et qui désespérera ceux qui penseront que rien n’a changé.

A propos grandsteack

Critique amateur sur "On l'a vu, nos avis". Si vous voulez des avis sur les films qui sortent : nosvisionsducinema.wordpress.com
Cet article, publié dans 4e Trimestre 2010, La Cinémathèque, Potiche, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Potiche: l’avis de Grandsteack

  1. Racletus Calus Bonus dit :

    Ségo en prend aussi pour son grade !
    Belle comédie à la française !

    • B00L dit :

      Ouaip, d’ailleurs le film, qu’on pourrait juger féministe au premier abord, nous offre aussi de beaux clichés féminins, notamment avec cette scène finale assez éloquente à propos des femmes en politque.

  2. claudotator dit :

    ce flim est très politisé: en plus des deux citations de Sarkosy, nous pouvons citer une allusion au bateau de monsieur Pujol( qui n’est pas sans rappeler le yacht où notre président a pris ses vacances post-campagne), et les multiples « fraternités » que sort une Mme Pujol qui trahie son ancien amant communiste (de là à dire que « Potiche » suggère que segolène Royal a trahi les valeur de la gauche profonde, il n’y a qu’un pas que je franchirais allègrement!)

    Sinon je suis aussi de l’avis du petit bulletin dans leur explication du choix de l’année: Visuellement parlant, nous voyons que le flim se passe dans les années 70( et la construction du flim et de son generique y aide). Le fait que Judith Godreche( non je ne me souviens pas de son nom de personnage) le précise, ainsi que les multiples réferences politiques nous montre que ce film est l’avis de Ozon sur la campagne de 2007

    sinon, bien qu’ayant vu ce film(et malgré le fait qu’il m’ait plu), je ne ferais pas de critique dessus -entre autre, à cause de mon pc qui a rendu l’âme…
    Ce commentaire devra faire office de critique (à moins que le jury devienne impitoyable avec moi…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s