Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu : l’avis de Grandsteack

Bien que pas franchement connaisseur du style Woody Allen, à part ce que j’en lis chaque année dans la presse, je n’étais pas à proprement parler « enthousiaste » pour aller voir sa dernière production. A peine ma curiosité avait-elle été piquée par la bande annonce qui laissait présager d’une comédie caustique à souhait.

Las, je croyais être immunisé contre le facteur « bandannonce », cet ersatz condensé des meilleures choses d’un film qui peuvent faire passer « Dragonball Evolution » pour un vrai film (piège que j’avais su déjouer alors, mais c’était facile). Mais là, force m’a été de constater l’abyssal décalage entre cette honteuse promotion et le résultat final. Sans parler de tout le bien que j’avais entendu autour de moi au sujet de Woody Allen (après visionnage de « Match Point« , j’étais toujours aussi sceptique, n’en déplaise à Bool) pour qui les compliments choisis étaient souvent dithyrambiques. Tout ceci me faisait espérer un agréable moment.

Je fus déçu.

J’ai appris à l’école qu’un feedback (art apparenté à la critique cinéma) commençait toujours par les points positifs ; faisons donc.

Les acteurs sont tous très bons.

Ceci fait, passons aux points négatifs.

Le scénario est du plus banal vaudeville, où chaque conjoint des deux couples va rencontrer une autre personne avec laquelle une nouvelle histoire va commencer (ou pas). Bon, ce n’est pas pour dire, mais comme situation de départ, ce n’est pas très original ; mais elle aurait dû avoir l’avantage de permettre de nombreux ressorts comiques. Hélas… les ressorts ne sont pas cassés, grâce à quelques fulgurances au niveau des dialogues, eux-mêmes dans l’ensemble assez fades, mais bien distendus. Les personnages sont caricaturés au possible, et leurs interactions encore plus.

La réalisation se trouve finalement commune, ce qui est un compliment si on aborde le montage, sûrement sabordé par un stagiaire antisémite et adepte de Chtulu aveugle (mais quand même attribué à Alisa Lepselter, monteuse attitrée de Woody Allen depuis 10 ans, ce qui fait tout de même 12 films !!). Ce dernier semble se désintéressé de l’histoire en employant des ellipses faciles et accélératrices, mais en y repensant c’était peut-être mieux d’en finir au plus vite.

Au final, on se retrouve avec une œuvre neutre et insignifiante, spectateurs d’une tranche de vie de personnes paumées dont le sort nous est finalement égal. Mais tel Laurent Baffi et ses « clés de bagnole », Woody nous l’avait annoncé dès le début du film en citant Hamlet en voix off : « la vie est une fable racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ».

Une sorte de sous-Desperate Housewives à réserver aux fans du vieillissant réalisateur.

A propos grandsteack

Critique amateur sur "On l'a vu, nos avis". Si vous voulez des avis sur les films qui sortent : nosvisionsducinema.wordpress.com
Cet article, publié dans 4e Trimestre 2010, La Cinémathèque, Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu : l’avis de Grandsteack

  1. B00L dit :

    ah oui c’est vrai que j’avais oublié de préciser les erreurs de montages, en tout cas les faux raccords lors du massage de pieds sont assez voyants…
    pour Match Point, je l’avais bien aimé, pas excellent mais à ranger dans les thrillers classiques avec en plus la Allen’s touch!

  2. Ping : Sucker Punch : l’avis de Grandsteack | On l'a vu, nos avis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s