Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu: l’avis de B00L

Oui, tout le monde connaît (plus ou moins) Woody Allen, qui avec ses derniers films comme Match Point, Scoop ou Whatever Works, a confirmé à nouveau son talent de réalisateur. Mais avec le rythme d’un film par an, on peut avoir des manques de créativité qui entraînent des films plutôt moyens au milieu des nombreuses autres réussites. A mon avis, Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu fait partie de ceux-ci. Niveau divertissement, certains passages peuvent même être qualifiés d’ennuyeux, si bien que l’adjectif est approprié aussi pour le film entier. J’irais jusqu’à décevant puisque comparé à Whatever works, il ne fait simplement pas le poids. 

Mais ne criez pas si vite au scandale car il y a néanmoins des points positifs. D’abord c’est tout de même un Woody Allen, la réalisation n’est pas baclée, on retrouve vite nos marques: l’introduction et le dénouement en voix off et la présentation de chaque personnage avant de les faire se croiser dans un schéma narratif complexe tout en restant fluide. Toute la mécanique « allenienne » est en place pour que le spectateur se sente omniscient vis-à-vis de chaque situation et puisse en rire ou en pleurer connaissant tous les détails. Le spectateur est un apprenti-sociologue auquel on présente un exemple pour la maxime: « l’herbe est toujours plus verte dans le pré d’à côté »; et la conclusion pourrait se résumer à rajouter « …à moins qu’on se convainque que le nôtre est le plus vert ».

La marque Woody Allen se retrouve dans le comique, plutôt emprunté au théâtre: situations ou répliques embarrassantes qui provoquent fou rire à cause d’un cynisme que l’on connait bien. Et qui dit théâtre, dit bien sûr jeu d’acteur à la hauteur. Oui les acteurs sont bons, permettent de dissiper l’ennui quand il commence à poindre: vous vous en doutez, aucun plan avec Naomi Watts ne m’a ennuyé. L’échange avec Scarlett Johanson s’est peut-être fait à perte sur certains points mais Naomi avait aussi sa carte à jouer dans ce rôle qu’elle remplit très bien au final. Josh Brolin (plutôt actif en ce moment) en écrivain looser, Antonio Banderas en directeur de galerie d’art et Anthony Hopkins en vieux s’étant découvert une nouvelle jeunesse, donnent de la crédibilité au film: chacun adaptant son jeu avec brio. On note aussi la présence de l’étoile montante indienne Freida Pinto(vue dans Slumdog Millionaire) qui vient s’offrir un rôle de muse: en effet, elle a la tête de l’emploi.

Mais une (très) bonne équipe d’acteurs et une bonne réalisation ne font pas tout. Le manque de renouveau entraîne forcément l’ennui, le film semble déjà-vu, et les parties « nouvelles » sont sans saveur. On dirait que Woody se repose sur ses lauriers, il nous fait l’honneur d’un pot pourri de ses anciens films: le mariage en perdition de Match Point, le vieux à la reconquête de l’amour de Tout le monde dit I love you, le caractère mystique de Scoop… A la manière d’un jeu vidéo dont on dirait qu’il est linéaire, Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu ne surprend presque jamais et pâtit d’un scénario ne tirant absolument pas parti de ses côtés originaux. Vu et oublié.

Cet article, publié dans 4e Trimestre 2010, La Cinémathèque, Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu: l’avis de B00L

  1. Ping : Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu : l’avis de Grandsteack | On l'a vu, nos avis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s