Poetry : l’avis de Grandsteack

En français « Poésie », les jeux sont en partie faits dès que les lumières s’éteignent : ce sera un film qui n’aura rien en commun avec « The Expendables », n’en déplaise à Stallone.

Durant les 139 min que durent le film, le réalisateur, Lee Chang-Dong, un ancien écrivain et ministre de la culture de la Corée du Sud, s’évertue à nous montrer, nous enseigner, parfois au moyen de procédés ostentatoires, ce qu’est la poésie et la nécessité de sa présence dans notre société moderne.

Traditionnellement moyen d’expression pour l’émetteur et divertissement pour le destinataire, c’est ce que recherche et découvre l’héroïne, campée par Yun Jung-hee, l’équivalente de Catherine Deneuve au pays du matin frais, qui méritait franchement plus la palme d’or glanée par le film pour son scénario.

Au travers de différents canaux, elle essaye de s’abreuver de poésie pour enfin pouvoir en accoucher. Amoureuse de la nature, c’est naturellement qu’elle y cherche l’inspiration qui la fuit. Mais, troublée par les turpitudes de la modernité quotidienne, technologique comme culturelle, elle sèche sur son carnet telle sa mémoire défectueuse sur les mots de tous les jours.

Finalement, c’est en faisant face à la réalité et à ses émotions qu’elle trouvera enfin la source de sa quête, comprenant ainsi que la poésie, si elle se borne à être uniquement contemplative, n’est qu’une coquille vide qu’il convient de remplir avec son ressenti, comme l’attestent les paroles de son professeur lui expliquant que « la poésie est en nous ».

Le réalisateur fait de ce film, plus qu’un exercice de style, un appel à l’aide de la poésie, un mode d’emploi à l’usage des matérialistes frustrés que nous sommes. Le professeur du film en est un double messianique qui propage la bonne parole à des ouailles qui n’ont pas forcément envie d’entendre (« ce n’est pas écrire le plus difficile, c’est d’avoir envie d’écrire », ce qu’approuve dans une certaine mesure l’auteur de ces lignes) et quand le discours porte, c’est parce qu’il prêchait à une convaincue.

Et c’est là tout le problème du film : celles et ceux qui sont attentifs aux éclats fugitifs d’une beauté cachée derrière le morbide ou l’obscène seront débordés d’émotions (Ricky Fitz de « American Beauty », si tu me lis…), tandis que les autres se demanderont pourquoi faire un film de 2h19 sur le quotidien pas très rose d’une vieille dame qui apprend à faire de la poésie.

A propos grandsteack

Critique amateur sur "On l'a vu, nos avis". Si vous voulez des avis sur les films qui sortent : nosvisionsducinema.wordpress.com
Cet article, publié dans 3e Trimestre 2010, La Cinémathèque, Poetry, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Poetry : l’avis de Grandsteack

  1. cracoucas dit :

    Juste pour encourager à aller voir ce film, un des tous meilleurs de l’année selon moi.
    Le film s’ouvre sur le suicide d’une jeune fille, se clôt sur la « disparition » intelectuelle d’une vielle dame, qui aura trouvé, dans la mémoire de cette victime, la poésie qu’elle ne trouvait pas dans le monde.
    Une vielle dame atteinte d’Alzheimer voir s’échapper les mots, quand elle participe, malgré elle, au silence de la mère de la victime. Elle cherche de la poèsie dans le monde, mais doit vivre avec une grosse larve sans âme ni conscience, son petit fils.
    On essaye d’effacer un crime, alors qu’elle s’efface elle même.
    La poèsie est ignorée d’un monde sans pitié, brutale, cynique, où il semble que la vielle dame n’a de toute façon pas sa place.
    Elle se nichera dans le souvenir, la mémoire, dans un autre monde: celui des morts ou Alzheimer.
    In extremis la morte substituera les mots de sa douleur aux mots effacés de l’esprit de la vielle dame.
    Le monde est dégueulasse, le quitter, malgré soi, est poétique.

  2. Ping : Sucker Punch : l’avis de Grandsteack | On l'a vu, nos avis

  3. Ping : Detective Dee : l’avis de Grandsteack | On l'a vu, nos avis

  4. Ping : Tops 3 by Grandsteack | On l'a vu, nos avis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s