Mission Impossible: Protocole Fantôme / L’avis de B00L

6 mois à quelques jours près. Une absence assez longue (trop ou pas assez selon certains) due à…. Bon, on s’en tamponne le coquillard: on est là pour parler ciné.

Le lieu: la Bretagne profonde

La date: pas très loin d’un truc appelé Noël, occasion avant tout d’être en vacances

Le qui: un grand steack perdu loin de ses contrées enneigées et votre aimable serviteur (non, mais c’est quoi cette expression pourrie)… bref, moi.

Le film: c’est marqué au-dessus, si vous ne savez toujours pas ce que c’est: check this! et puis sortez: pas connaître Mission Impossible? Faut pas déconner.

En résumé rapide: après De Palma pour le cultissime premier opus, on a eu John Woo et ses colombes pour un gros nawak (avec un duel à motooooooo) puis enfin J.J. Abrams pour un épisode assez sombre et particulièrement bon (avec Seymour Hoffman en méchant diabolique). Changement de registre par rapport au 3, c’est Brad Bird qui est derrière la caméra. Vous ne connaissez peut-être pas son nom mais on lui doit en particulier Les indestructibles et Ratatouille (plutôt bien accueillis par la critique): bon point pour lui mais pas forcément pour la franchise M:I .Et bien, en fait si.

En effet ses influences un peu enfantines mais avant tout divertissantes donnent un coup de jeune à la saga qui lorgnait pas mal vers James Bond (c’était pas sans me déplaire mais faut pas tout mélanger non plus). Un coup de jeune qui se traduit par beaucoup d’humour, de nouvelles têtes, des références aux anciens films (et peut-être à la série, je ne suis pas expert) et une acceptation totale du nom « Mission Impossible ».

Côté scénar du gros classique voire même vintage avec des méchants russes, du nucléaire et une beauté fatale française: Léaaaaa Seydou (elle a le droit à son petit cri comme Nataliiiie depuis qu’elle montre ses atouts dans le film).  On saupoudre quand même (et toujours, c’est Hollywood les enfants) d’histoires à l’eau de rose. Et on balance surtout un gros paquet de phrases qui tuent et des pitreries de Simon Pegg. Les amoureux de gadgets seront bien sûr servis, les amoureux de la rigueur physique moins…

Côté acteurs: déjà fait… ah euh Tom Cruise est toujours là (surprise) et on a droit à une apparition du cher Sawyer de Lost (aka Josh Holloway) qui aurait mériter un peu plus de temps à l’écran…

Côté technique: passons vite fait sur ce point mais notons que c’est ILM (oui, oui la boîte d’effets spéciaux créée par George Dieu Lucas) qui réalisent les effets sus-nommés dans la parenthèse.

Concrètement ce film ne demande pas d’analyse approfondie, c’est vraiment l’archétype du film d’action de genre (pléonasme, je sais). Il vous fera passer un très bon moment au ciné avec du popcorn (je t’en ferai bouffer, moi, du popcorn). Posez votre cerveau ou pas, vous serez pris par l’action.

About these ads
Ce contenu a été publié dans Dernières séances, Mission Impossible 4, Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s